Actualités Prospective Industries
Grille de lecture stratégique

Transition énergétique : un levier de la relance ?

La transition énergétique est présentée comme l’un des principaux leviers de la relance française. Encore faut-il dépasser certains paradoxes.

 

  • La France affiche des ambitions fortes. En témoignent les subventions importantes pour les énergies renouvelables (7 milliards d’euros en 2021, 3 à 5 milliards d’euros par an jusqu’en 2028) ou certaines mesures telle l’interdiction du chauffage à gaz dans les constructions neuves à l’été 2021 pour les maisons individuelles, en 2024 pour les collectifs

 

  • Dans le même temps, les aides à la transition énergétique, qui représentent 30 % des 100 milliards d’euros du Plan de relance, sont limitées à deux ans. Un délai trop court pour mettre en place des projets à moyen et long terme. Le message sur la transition écologique est également brouillé par certaines décisions : l’État pourrait ainsi se porter garant de prêts auprès des banques pour l'immense projet gazier de Total dans l’Arctique russe.

 

  • Principal acteur de l’énergie en France, EDF se convertit aux énergies vertes avec l'annonce de la première centrale nucléaire à énergie négative qui alimentera 6 millions de foyers anglais, tout en « aspirant » les gaz à effet de serre. L’opérateur EDF lance également la plus grosse obligation convertible verte au monde, pour financer des projets contribuant à la transition écologique.

Par ailleurs, EDF investit essentiellement dans le nucléaire. D’ici à 2030, ses capacités de production en énergies renouvelables ne devraient croître que d’1,5 GW par an.

  • Les mouvements citoyens affichent également des contradictions. D’un côté, on réclame de favoriser le recours aux énergies renouvelables en défendant une logique de circuit court avec une production d’énergie locale.
    D'autre côté, les collectifs se multiplient contre les éoliennes.