Actualités Prospective Industries
Article

La géopolitique a-t-elle un impact direct sur la stratégie de l'entreprise ?

Pour certains, les soubresauts géopolitiques ne font que confirmer leur stratégie qui vise à sortir de différentes formes de dépendance. Pour d'autres, ils modifient leur approche des marchés, notamment à l'international.

La guerre russo-ukrainienne semble accélérer les mutations en cours dans les relations internationales : alliances à géométries variables nouées au gré des intérêts du côté de l'Asie, montée en puissance de l'Afrique, importance de la question énergétique qui pourrait rebattre les cartes géopolitiques, changement dans les environnements numériques, avec le développement du metavers et de la cryptomonnaie, etc. Ces évolutions ont-elles un impact sur la stratégie de l'entreprise ?

 Un impact sur les marchés de l'international proche

De fait, la crise de l'approvisionnement en matière premières, en composants et en compétences pourrait dessiner de nouvelles formes d’organisations, plus flexibles. Plus directement, la guerre sur le sol européen a un impact sur les marchés de l’international proche. Par exemple, certains industriels renoncent à s'implanter en Ukraine, voire dans les pays avoisinants. Les risques géopolitiques et les conséquences économiques du conflit russo-ukrainien s’élargissent à l’Europe de l’Est. « Les organisations réfléchissent aujourd'hui aux effets de bords qui pourraient survenir dans les pays limitrophes de l'Ukraine, comme la Pologne, la Roumanie et la Hongrie », illustre François Beaume, vice-président Risks and Insurance.

L'heure est à l'anticipation

Les dirigeants industriels sont conduits à s'interroger davantage sur les effets des risques à l’étranger sur leur stratégie de développement. « La géopolitique et les conflits mondiaux n’étaient pas forcément des données que nos commerciaux prenaient en compte pour cibler un marché à l’étranger. Désormais, nous allons beaucoup plus consulter les acteurs à l’étranger, tels que les ambassades, qui pourront nous donner des indications sur la stabilité du pays », souligne un dirigeant industriel.

 Le rapprochement de la Chine et de la Russie est une hypothèse envisagée par des dirigeants industriels basés à l’international. Cette perspective remet en question leur posture vis-à-vis de l’Asie, à la fois synonyme d’opportunités d’exportations et potentielle zone à risques géopolitiques. Devront-ils, du jour au lendemain, rapatrier leurs activités ?

« Il y a un risque vis-à-vis de la Chine que je ne voyais pas auparavant, souligne un dirigeant industriel. La menace d’un rapprochement entre la Chine et la Russie est plausible et j’anticipe le fait que, demain, l’Europe puisse nous demander de quitter la Chine pour protéger notre souveraineté. »

Pour autant nombre d'industriels ne voient pas dans ces évolutions géopolitiques matière à changer réellement de stratégie. Pourquoi ? Tout simplement, parce qu'elles ne font que confirmer leur politique. C'est le cas de ceux qui ont engagé des politiques de diversification des marchés et des sources d'approvisionnement, pour sortir d'un état de dépendance. C'est aussi le cas d'autres industriels qui, depuis quelques années, réfléchissent à de nouveaux modèles de développement fondés sur l'économie d'usage.

BettyBoland« Comment raisonner autrement qu'en augmentation du chiffre d'affaires et se repositionner sur tout ce qui est économie de la valeur et de la fonctionnalité ? Comment prendre de la hauteur, changer de prisme et travailler sur l'usage et la valeur des choses ? »

Betty Boland, Kaecia Kuhnke 

Dominique Murzeau« Avant, nous pensions mondialisation, sans nous préoccuper des destinations. Aujourd'hui, nous nous posons davantage la question de la localisation. Faut-il être implanté partout pour être sûr d'avoir un futur, quels que soient les événements géopolitiques ? Cela change notre perception de la mondialisation. »

Dominique Murzeau, Colart

« La cryptomonnaie, qui reste tabou dans l'industrie, et le metaverse auront un impact sur ma stratégie dans un avenir proche. Mieux vaut s’y mettre dès maintenant. Le metaverse peut notamment procurer des outils de recrutement performants. C’est un sujet dont on discute déjà dans mon entreprise même si le cadre juridique est encore un peu flou ».

Faride Guerras, G-FIM