Actualités Prospective Industries
Article

Dépasser les paradoxes du rôle du dirigeant en situation de crise

Faut-il confiner ou maintenir l’activité ? Comment protéger les salariés tout en étant dépendant de la stratégie étatique en matière de masques ou de tests ? Les dirigeants se trouvent confrontés à de nouveaux risques pénaux. 

Au-delà de la responsabilité pénale, ils portent également une responsabilité morale : chacune de leur décision peut provoquer des réactions émotionnelles ou avoir un impact sur les parcours professionnels et la pérennité de l’entreprise. Il faut prendre soin de ses collaborateurs sans interférer avec la vie privée et réinventer des façons de travailler. En situation de crise et dans l’urgence, le chef d’entreprise doit redéfinir une vision, le plus souvent seul et sans référentiel puisqu’il s’agit d’une situation inédite. 

Alors que l’émotionnel occupe un espace inhabituel, le réalisme devient une nécessité stratégique, de même qu’une communication claire, dans un climat de défiance généralisée envers les autorités.

Les valeurs peuvent alors servir de boussole individuelle et collective :

  • baser ses décisions sur ses convictions : qu’est-ce qui n’est pas négociable dans ma société ? Quelle sera sa contribution dans les prochains mois et au-delà ? 
  • s’appuyer sur les valeurs de l’entreprise pour animer le collectif, la crise apparaissant comme une occasion de passer de leur affichage à leur mise en pratique.

Se développe alors un modèle centré sur le bien commun, c’est-à-dire l’apport positif de l’entreprise à ses collaborateurs et à son environnement. Un modèle dans lequel, le dirigeant apparaît moins comme un propriétaire que comme un leader.

Point de vue

« Une des responsabilités premières du dirigeant devient celle de la pédagogie et de la réalité. Être lucide devient plus que jamais un enjeu stratégique ! »

Point de vue

« Il est important que les dirigeants se remettent en question par rapport à ce qu’ils créent. Il faut arrêter de penser que l’entreprise appartient à une personne. L’entreprise est un bien commun qui doit être géré comme tel. Le dirigeant devient un leader, capable de mettre en mouvement le bien commun, avec sa vision et ses valeurs. »

anonyme« Depuis 30 ans, je porte le modèle de mon entreprise dont la valeur ajoutée repose sur les collaborateurs qui sont motivés par le développement durable et l'agilité. Ce sont les plus agiles qui survivront et il faut savoir entraîner ses équipes pour maintenir le cap dans ce sens. »

Nicolas Cosquer

Cosquer