Actualités Prospective Industries
Grille de lecture stratégique

Data : trois défis à relever

Les données deviennent la richesse de l’entreprise, car elles permettent d’alimenter les nouveaux modèles économiques. Avec le développement de certaines technologies comme l’intelligence artificielle, le besoin en data va croître de façon exponentielle. Ce qui suppose de relever trois défis : maîtriser la consommation d’énergie ; protéger le secret industriel ; et former les collaborateurs.

  • Pour traiter la data, il faut beaucoup d'énergie. La consommation des data centers dépasserait celle du trafic aérien et représenterait 2 % des émissions de carbone mondiales*. Les échanges de données sont également énergivores. Selon l’Ademe**, les mails d’une entreprise de 100 personnes représentent chaque année 13,6 tonnes de CO2, soit 14 allers-retours Paris-New York.
  • Il convient donc de réfléchir à son cycle de vie. À commencer par son utilité. Selon le rapport mondial de Databerg, seules 15 % des données présentent un réel intérêt pour les entreprises.
  • Les GAFAM et les géants du numérique investissent massivement dans le cloud computing. Cette solution, qui consiste à utiliser des serveurs informatiques distants pour stocker les données et les exploiter, par l'intermédiaire d'un réseau, généralement Internet, est privilégiée par les entreprises. Ce faisant, elles transfèrent des informations stratégiques, voire des secrets industriels. Au-delà des cyberattaques, les conditions d’utilisation et les politiques de confidentialité ne sont pas toujours à la hauteur des enjeux. Par exemple : les données des 540 millions de comptes Facebook se sont trouvées en libre accès sur les serveurs du cloud d’Amazon.
  • L’irruption de la data nécessite une évolution de l’organisation et la mise en place d’un vocabulaire commun à l’entreprise. C’est la fonction du data management qui vise à valoriser les données comme capital stratégique de l'entreprise.

* Source : « La Face cachée du numérique », de Fabrice Flipo,Michelle Dobré et Marion Michot (éditions L’échappée)
**Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie.

AureliaDussort« La matière première de l'intelligence artificielle, ce sont les données. On pourrait croire que, plus on en fabrique, mieux c'est. Sauf que, dans une dizaine d'années, notre empreinte data va poser un vrai problème. Pour diminuer notre pollution "data", il faut travailler différemment en utilisant moins de données. Nous devons tous être plus attentifs à ces aspects et les jeunes sont particulièrement sensibles à cela. »

Fariborz Farhoudi

Iago Technologie, spécialisée dans l'intelligence artificielle